Quand la marche se fait attendre…

Quel matériel proposer à mon enfant pour se déplacer ?

Il est parfois difficile de s’y retrouver dans la jungle du matériel de puériculture et du matériel médicalisé. Je propose ici quelques idées mais cette liste est non-exhaustive. Volontairement, je ne donne pas de référence mais vous pouvez trouver tout ce matériel sur internet.

  • Pour le matériel du commerce, je vous encourage à tester en magasin ou à défaut, si vous ne le trouvez que sur internet, de bien vérifier les dimensions (hauteur principalement).
  • Pour le matériel médicalisé, l’idéal est de réaliser des essais par l’intermédiaire d’un revendeur. Il peut être en partie remboursé et doit être prescrit par un médecin.
  • Pour le matériel orthopédique sur mesure, ce sont les orthésistes/appareilleurs qui les réalisent sous prescription médicale du médecin de rééducation ou neuro-pédiatre qui suit votre enfant.

Chaque enfant évolue à son rythme et le choix des aides proposées doit être réfléchi avec les rééducateurs qui le suivent.

La marche est l’étape ultime tant attendue de tous les parents. Soyez patients, mieux vaut une motricité retardée mais riche et harmonieuse !

Mais aussi (au risque de donner l’impression de me contredire)…

N’hésitez à adapter l’environnement de votre enfant pour l’inciter à se mettre debout et à marcher ! Si le canapé ou la table basse ne suffisent pas à le stimuler, c’est là que vous pouvez proposer des aides comme citées ci-dessous pour l’aider à explorer son environnement, enrichir ses perceptions et ainsi développer sa motricité.

Pour se déplacer debout

En règle générale, on propose à l’enfant du matériel pour marcher lorsqu’il sait déjà se mettre debout seul et que les déplacements au sol sont acquis et fluides, c’est à dire que les appuis des mains et des pieds sont bien mis en place.

Cependant, dans le domaine du handicap, comme souvent, les règles changent. Et dans beaucoup de situations, il est intéressant de proposer à l’enfant, en âge de marcher, un déplacement debout même si les étapes précédentes ne sont pas encore acquises. L’important c’est que l’enfant soit le plus autonome possible dans son mode de déplacements et que l’adulte soit là pour veiller à sa sécurité. Il n’est pas recommandé de faire marcher l’enfant en lui tenant les mains. L’enfant doit apprendre à soutenir le poids de son corps sur ses pieds, il doit appréhender son équilibre seul (sans l’adulte qui corrige en permanence ses déséquilibres), apprendre à se protéger lorsqu’il tombe…

  • dans le commerce:

dd

Dans le commerce ou sur les sites de puériculture, on peut trouver des pousseurs en tout genre mais qui deviennent souvent trop petits quand la marche se fait attendre. Il en existe des plus stables que d’autres, des plus ou moins lestés. Certains sont dotés d’un système pour ralentir le roulement.

eeQuant au trotteur qui continue à être en vente dans le commerce, non seulement il est dangereux mais il est vraiment défavorable à l’apprentissage de la marche. Il entrave l’apprentissage de l’équilibre, de la stabilité du bassin, des réactions de protections… il favorise la marche précipitée et sur la pointe des pieds.

  • Matériel médicalisé

On parle de déambulateur ou de cadre de marche.

Le choix du cadre postérieur ou antérieur doit se faire en fonction du profil de votre enfant et en lien avec son/ses rééducateurs. Souvent, on privilégie le cadre postérieur car il favorise le redressement de l’enfant et facilite l’accès aux jeux. Mais certains enfants sont plus à l’aise avec un cadre antérieur notamment les enfants qui ont des troubles d’équilibre et des réactions de protection lentes ou absentes. Les roues sont souvent réglables : pivotantes ou unidirectionnelles (plus facile pour commencer). Un frein anti-recul sécurise les déplacements de l’enfant et lui permet de faire des petites pauses le bassin en appui contre le cadre. Certaies roues sont aussi dotés de freins progressifs pour ralentir l’avancée du cadre. Différents accessoires existent pour stabiliser l’enfant. Le remboursement sécurité sociale est de 53,81 euros. Les prix varient vraiment selon le matériel et les fournisseurs.

Ci-dessous quelques exemples mais il en existe d’autres.

Cadre de marche postérieur

cc

cadre de marche antérieur

ww

Cadre de marche antérieur ou postérieur avec stabilisateur

aa

 

  • Matériel sur mesure

Il s’agit de matériel orthopédique (sous prescription médicale) bénéficiant d’un remboursement sécurité sociale si votre enfant est pris en charge à 100%. On parle de selles de déambulation (motilo, orchidée…) qui sont l’équivalent du fameux trotteur avec les inconvénients cités ci-dessus mais aussi les avantages pour certains enfants. Il convient aux enfants qui ont un faible maintien de tronc et pour qui l’acquisition de la marche est très retardée. Une petite poussée sur les pieds peut suffire pour initier le déplacement et ainsi faire découvrir à certains enfants leur possibilité de se déplacer quand ils n’ont pas l’occasion de l’appréhender autrement. En revanche, nous sommes loin du schéma de marche classique et ce déplacement est plutôt défavorable pour l’apprentissage correct de la marche. Donc, si votre enfant n’est pas loin d’ébaucher quelques pas avec aide, il est préférable d’éviter de le proposer. Tout en sachant que, pour certains enfants, c’est la première expérience de déplacement autonome qui peut s’avérer riche pour pleins d’autres raisons: intégration sociale, autonomie (en cour de récréation), exploration… A nouveau, c’est un choix à faire avec votre médecin et les rééducateurs qui suivent votre enfant.

En pratique, le moulage de la selle est réalisé par l’appareilleur comme un moulage de siège-coque. Ensemble vous faites le choix du support (différentes tailles, différentes couleurs…). Il peut être utilisé à l’intérieur comme à l’extérieur mais les roues peuvent être spécifiquement choisies en fonction de l’utilisation prévue (petites « roller » pour l’intérieur, plus grandes pour l’extérieur). Il est réglable en hauteur et donc relativement évolutif pour suivre l’enfant une ou deux années en fonction de sa croissance.

bb

Pour se déplacer assis (vélo)

Quand tout va bien, un enfant qui a acquis la marche peut se déplacer en draisienne (vélo sans pédale) vers l’âge de 2-3 ans. Petit à petit, il renforcera son équilibre et pourra passer directement sur l’apprentissage du vélo sans petites roues stabilisatrices. Pour les enfants dont la motricité est retardée ou perturbée, plusieurs solutions peuvent exister. Le vélo/tricycle même s’il nécessite parfois beaucoup d’adaptation est toujours apprécié par les enfants.

  • Dans le commerce

Il existe des tricycles avec un large maintien du dos. Ce genre de tricycle aura sans doute plutôt la fonction d’une poussette mais cela permet de varier les installations et les modes de déplacements à l’extérieur. A savoir que le même problème se pose quand il s’agit de matériel du commerce : il n’existe que des petites tailles. Rares sont les enfants qui maintiennent les pieds sur les pédales surtout lorsqu’elles sont sur la roue avant. Si votre objectif est que votre enfant apprenne à pédaler, privilégiez les pédales à l’aplomb de leur bassin.

cc

Les draisiennes demandent déjà une très bonne gestion de l’équilibre à l’enfant. Pour cela il existe des draisiennes-tricycles qui peuvent convenir à des enfants qui ont déjà un bon maintien de tronc mais qui n’ont pas spécialement acquis la marche. Seule chose à savoir, il est plus difficile d’apprendre à avancer les jambes fléchies, déplacement qui demande de se tracter avec le talon. Donc le réglage de la selle au plus haut facilitera le déplacement de votre enfant et sollicitera plus la propulsion du pieds. Cette propulsion est souvent recherchée chez les enfants qui ont un tonus plutôt bas et une musculature à renforcer au niveau des pieds (p.exemple : pieds plats). Votre enfant devra aussi apprendre à garder les mains sur les poignées ce qui n’est pas toujours spontané comme on pourrait le croire. Certaines marques ont été conçues pour une utilisation jusqu’à 6 ans.

aaa

  • Matériel médicalisé

Les tricycles adaptés sont dotés de différents accessoires qui permettent aux enfants de se déplacer en pédalant même si la marche n’est pas acquise. Le pignon fixe permet de faire ressentir à l’enfant le mouvement du pédalage en poussant le vélo. Les accessoires les plus souvent nécessaires sont le cale-tronc et les cale-pieds mais à nouveaux les essais sont très importants. Par rapport aux tricycles du commerce, ils ont l’avantage d’être adaptés pour des enfants plus grands. En général, le vélo « de base » est remboursé par la sécurité sociale mais les accessoires sont à votre charge et à des prix parfois exorbitants. Les avantages du vélo sont multiples : renforcement des membres inférieurs (quadriceps surtout), enrichissement du contrôle moteur et de la sélectivité d’un membre par rapport à l’autre, travail de la symétrie, coordination oculo-manuelle pour se diriger…

qqq

  • Matériel sur mesure

Certains appareilleurs peuvent réaliser un corselet sur mesure lorsque les accessoires des tricycles médicalisés ne suffisent pas au maintien du tronc ou pour adapter un vélo du commerce. Voici deux exemples d’adaptation réalisées au CAMSP-APF de Grenoble par Ambrois Orthopédie.

ff

Chaque enfant est différent. Le matériel qui existe est parfois coûteux. Prenez-le temps d’essayer, d’y réfléchir, d’évaluer la pertinence avec votre kiné ou ergothérapeute en prenant en compte l’environnement dans lequel votre enfant pourra l’utiliser : intérieur (maison, appartement, crèche, salle de classe, structure de soin…), extérieur (parc, cour de récréation ou de crèche…).

Anne Debongnie, Kinésithérapeute CAMSP-APF Grenoble